World of Conquest - Les Terres de Whauk

Bienvenue sur les terres de Whaukh... Bienvenue dans notre monde... Un univers où le Mystique rencontre le fantastique... Une épopée Unique...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La Première Epreuve

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aërandir
Admin
avatar

Messages : 234
Date d'inscription : 06/11/2007

MessageSujet: La Première Epreuve   Ven 10 Avr - 18:33

Après l’explosion tout avait redémarré, la vie était repartie ignorant la répartition des espèces d’antan. Ainsi on observait parfois un groupe d’animaux autrefois disparus ou bien un seul être en phase de disparaître d’une ancienne grande colonie. La chaîne alimentaire en était bousculée, l’ordre qui avait régné n’était plus que désordre racial. Au milieu de tout cela, les êtres doués de pensées n’était plus qu’une race parmi tant d’autres, leur suprématie sur ce monde était contestée, voire complètement ignorée. Leurs villes luxuriantes de leur âge d’or étaient désormais le logis de communautés animales et végétales. Ils avaient perdus toute richesse, culturelle comme réelle et toute gloire. Ils n’étaient plus rien.

Les héros, grand survivants des flux d’énergie libérés par le Grand Combat s’étaient réunis en congrès pour que leurs peuples respectifs se sédentarisent à nouveau. Pour ce, il était une nécessité au delà des autres, celle de reprendre possession des cités. Mais il y avait un problème, les monstres occupaient déjà chaque citée et donneraient leur vie pour les conserver. Ils y étaient et s’en estimaient propriétaire. Chaque ville était occupée par son type de monstre qui, après l’explosion s’étaient multipliés en quantité abondante et dont la force avait depuis surpassée celle des être doués de pensée. Il était temps que cela change, l’Ordre devait reprendre ses droits sur le Chaos… Les Grandes cités, qui jadis étaient la Gloire des peuples de Whauk, devaient être reprises par les Survivants, reprises par les lointains descendants de leurs fondateurs…

Chaque races essayaient désormais de regrouper ses colonies pour monter une attaque contre les créatures qui leurs avaient volées leur héritage. Comme tout le monde, les Saaurs se préparaient à la reconquête de leur chère cité. Ils s’étaient regroupés au Nord-est des Marais de Celleffics, un conseil provisoire était sur le point de ce faire élire. Ce conseil déciderait ensuite comment le Peuple des Marais ferait la guerre pour reprendre Loks l’Saaur…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://terresdewhauk.forum-actif.net
Ishsnahk

avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 11/04/2009
Localisation : Loks l'Saaur

MessageSujet: Re: La Première Epreuve   Sam 11 Avr - 15:07

De quelques broussailles sortit une tête de lézard. Des cernes sous les yeux, le lézard venait apparemment de se réveiller d'un très long sommeil. Il regardait autour de lui affolé et cherchait craintivement quelque chose. La tête humait l'air et sembla percevoir une odeur familière. La tête avança donc et laissa place à un frêle torse d'humain. Aucun muscle n'était dessiné sur le corps de l'homme-lézard. Un simple pantalon court revêtait ses jambes légèrement plus musclé que son corps. Quelque part, ce n'était pas difficile.

Le Sauur ainsi sortit du buisson regarda au loin vers là où il pensait que l'odeur venait, mais ne vit rien. Il tomba à genoux et poussa un long soupir.


Frérot, où es tu donc ? Loks l'Sauur me manque tellement, je veux retourner à la maison. J'espère que je te retrouverai là-bas.

Un petit bruissement de feuilles se fit entendre derrière le Sauur. Sans se retourner, celui-ci poussa un cri strident et s'enfuit à toutes jambes... Ce n'était pourtant qu'un écureuil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Klajj

avatar

Messages : 19
Date d'inscription : 11/04/2009
Race : Saaur

MessageSujet: Re: La Première Epreuve   Sam 11 Avr - 23:13

-Par Elwë! Que fais-je allongé ici?

Le Saaur, d'un coup de pattes puissant, se releva et scruta l'horizon. De l'herbe soufflée par les brises matinales, quelques bosquets et des rochers disséminés un peu partout. Il se trouvait dans une plaine... mais surtout très loin de sa terre natale; de ses marais, seule et unique terre qu'il avait jusqu'alors foulé de ses pieds palmés.
Un sentiment de panique commença alors à s'insinuer en lui. Ce sentiment n'était pas rare chez les Saaurs, être vivants le plus souvent reclus dans leur territoire, lorsqu'ils se retrouvaient en terre inconnue. Ou alors, il cherchait un prétexte à la peur qu'il tentait de réprouver. Ses fines et verticales pupilles balayaient la zone autour de lui.


-Mes amis! Mes frères de peau, où êtes-vous?

Pourquoi était-il seul? Pourquoi s'était-il retrouvé seul? L'homme-reptile fut alors frappé de stupeur. Il voulut s'accrocher à sa mémoire, mais les souvenirs le fuyaient sous cette chaleur pesante. Sa peau d'écaille habituée à la fraîcheur des marais n'y était pas habitué. Alors, frénétiquement, il tapa de ses fins bras écaillés sa toge de prêtre à la recherche d'un de ses accesoires, de quelque chose qui pourrait l'aider à comprendre! Il fut êtremement soulagé de sentir sous ses longs doigts un objet, qu'il jugea fait de cuir. Il s'empressa de fouiller sa toge et il retira un petit livre à la couverture épaisse: son "journal de bord".
Pour la première fois depuis de longues minutes son esprit s'apaisa et il fut heureux d'ouvrir son livre personnel dans lequel il notait tout les récits et faits qui lui semblaient importants. Etant donné que ses exploits personnels étaient assez réduits, les pages recélaient surtout de prières à la grande déesse des eaux, d'histoires héroiques de Saaurs illustres, et de comptes-rendus de conseils de l'Assemblée Saaur, auxquels Klajj avait eu l'honneur d'être à plusieurs reprise le scribe officiel. Sa vivacité d'esprit et son statut de prêtre (il était pourtant assez jeune) lui avaient valus ce poste plutôt aisé. Mais cela semblait remonté à tellement longtemps...
Klajj eu alors l'impression de perdre du temps tandis qu'il feuilletait son ouvrage, et il décida de se reporter à la toute dernière qu'il avait écrite, ce qui l'ammènerait à découvrir le dernier évènement avant ce vide et alors, peut-être, d'en connaître les causes. Il écarte une bonne centaine de page et tomba sur un long paragraphe écrit proprement en italique. Klajj le lut en travers et des images lui revenaient par flash. Il se souvint du grand Meneur des Saaurs, de lui et ses confrères se réunissant pour célébrer sa venue, de l'éclat de Loks l'Saaur, sa ville d'origine, et... de la voix du Chaos, du défi, et du départ du Meneur. Ce témoignage, qu'il tenait entre ses mains, s'arrêter aux aurevoirs fait par les Saaurs à leur Guide. Que s'était-il passé ensuite?
Moins la peur, c'était maintenant l'angoisse qui le tourmentait au plus profond de lui. Une vision de ses parents lui revient alors en sursaut, mais il la refoula aussi vite qu'elle lui était apparue. Il ne voulait pas se laisser entraîner par la crainte et son emprise, il ne pouvait pas. Alors, il respira profondément par les deux fentes qui lui servaient de narines, et tenta de réfléchir à une solution.
Il fallait se réunir. Il fallait retrouver ses confrères, d'autres Saaurs. A plusieurs, ils pourraient mieux réfléchir. Puis ils iraient à Loks l'Saaur, la Belle des Marais, en espérant la retrouver comme elle était auparavant. Ce plan lui semblait simple, mais efficace. Il était conscient qu'il ne pourrait pas retrouver d'autres compagnons à pieds. Il fallait alors faire appel à ses amis reptiles.
Ce jour, Klajj sifflerait les serpents, et ils se chargeraient de trouver ses amis et de leur délivrer un message.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moppo Loh Ta

avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 11/04/2009

MessageSujet: Re: La Première Epreuve   Lun 13 Avr - 3:36

Il soupira.

La feuille virevolta quelques instants dans les airs, tourbillonna sur elle-même, avant de se poser et de se laisser porter par les quelques larmes qui ruisselaient à travers son casque. Il soupira à nouveau.


J’y crois pas...

Coincé entre deux troncs massifs, une créature à la peau cendré azur s’y était allongé. Simplement habillé d’un casque en argent plaqué sur son visage de lézard, de quelques plaques d’acier et morceaux de tissus aux articulations, le Saaur fini par ouvrir ses yeux sur le ciel dégagé qui s’offrait à lui. Comment la nature pouvait elle se moquer ainsi ? Agir comme si rien de tout cela n’était arrivé. Comment pouvait-elle déployer de si chatoyants nuages dans ce bleu immaculé ? Tout cela le dépassait.

J’y crois pas...

De nouveau un soupir et son incompréhension qui continu de glisser le long de ses joues. Une brise légère continuait de faire valser les feuilles au dessus de lui, en apportant sans cesse de nouveaux danseurs. Gaiement, la nature rythmait harmonieusement cette chorégraphie de végétaux, recherchant à faire défiler toute sa panoplie de nuance de vert, dans des figures les plus recherchées. Même si les acteurs sur cette scène en plein air se surpassaient pour lui, ils n’arrivèrent pas à lui faire changer d’état d’esprit, et en un soupir, la créature embrasa tout le spectacle laissant place à de petits flocons de cendre. Moppo Loh Ta acquiesça. Car oui, c’est bien ainsi que se nommait ce Saaur : Moppo Loh Ta. Un nom qu’il haïssait profondément. Comment ses parents avaient ils osé choisir un nom aussi ridicule ? « De longs yeux, mais pourquoi si triste ? Tiens, et si on l’appelait Moppo Loh Ta ? » Il ne pu s’empêcher de soupirer. Un nom pathétique, et c’est une enfance tout aussi pathétique qui s’en était suivie. Logique.

Le Saaur décida de se redresser pour éviter de se laisser submerger par tous ses souvenirs qui refaisaient surface. Usée par les années, sa posture avait adopté une position courbée qui cachait sa grande taille. Disposant de membres fins, mais très élancés, il rangea dans un premier temps ses outils de combat. Une épée courte dans le dos, une dague à la ceinture, et son poignard qu’il attacha à la queue. Sa main droite s’équipa de Kaerin, son arme d’hast. Il caressa les nervures de la hampe et contempla les aventures qui s’y étaient incrustées. Un timide rire s’échappa alors de ses lèvres. Ridicule encore une fois. Que penserait on de lui en le voyant ainsi à se laisser fasciner par ses aventures de jeunesse. Il devait se faire bien vieux à regretter le passé. Mais finalement, avait-il seulement un avenir ?

Moppo Loh Ta se saisit d’un bout de chiffon et commença à frotter les surfaces de son casque pour faire disparaître les traces laissées par ses larmes. A peine avait il fini, et commencer à se demander que faire ensuite, qu’un cri aiguë agressa ses tympans. Un cri si familier, qu'il n’avait cessé d’entendre toute sa vie. Un cri des plus agaçants.

Un dernier soupir, et Moppo Loh Ta se dirigea vers le sud à sa rencontre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ishsnahk

avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 11/04/2009
Localisation : Loks l'Saaur

MessageSujet: Re: La Première Epreuve   Lun 13 Avr - 14:38

La fuite du Sauur devant l'ennemi l'avait amené loin des broussailles où il se cachait depuis quelques jours. Il ne savait plus trop où il devait aller. La seule chose qu'il savait, c'est que sa ville l'appelait. Elle lui manquait terriblement. Ce côté si reposant, si calme, et si protecteur. L'extérieur ne l'avait jamais rassuré. Il était si grand, si différent. Il y avait même des créatures hostiles, des loups, des monstres, et même des oiseaux et des écureuils. C'était beaucoup trop pour lui. Il voulait retrouver sa ville, sa Loks l'Sauur.

Un petit bruissement se fit entendre dans les herbes. Un sifflement assez fort pour se faire entendre de loin. Le Sauur eut un sursaut et se crispa. Il ne voulait pas regarder ce qui arrivait. Il voulut prendre ses jambes à son coup, lorsque le serpent lui parla dans une langue familière.


Bonjour, frères Saaurs. Je me présente: je suis Klajj, prêtre d\'Elwë et occasionnellement scribe. Pour être bref, je pense que notre situation actuelle est assez dramatique. Je ne sais pas où vous êtes, je sais seulement que nous sommes perdus. Nous devons donc nous réunir, et pour cela je vous propose un point de rendez-vous commun. Rendons-nous tous au pont qui joint les deux continents. Il se situe à seulement quelques jours de marche de notre cité, et ainsi nous pourrons nous organiser pour la reprendre.
Il serait aimable à vous de me donner votre réponse...
Que les six Esprits vous guident. Cordialement, Klajj.


Le Sauur savait donc quoi faire, enfin il avait la certitude qu'il n'était pas seul, que d'autres frères de sang était encore vivant. Son frère l'était il encore lui ? Des sueurs froides parcoururent son corps à cette idée.

Lorsque le serpent fut repartit, un elfe s'approcha de lui et lui asséna un coup sans préavis. Le coup porta sans aucun problème et deuxième coup lui arriva de plein fouet lui aussi. Le Sauur fut frappé de stupeur et ne fit que la meilleure chose qui lui venait à l'esprit, prendre ses jambes à son coup. Il courut, plus vite que jamais, de façon totalement désordonnée, avec la simple espérance que l'elfe ne le suivrait pas.

Le vent lui soufflait sur le visage, et lui faisait fermer les yeux. Il ne put alors pas remarquer qu'il courrait totalement en rond depuis plusieurs minutes. De plus il ne put remarquer qu'en tournant en rond, il ne faisait que tourner autour d'un autre Sauur. Ishsnahk ne faisait que courir, agitant les bras en l'air et criant de toutes ses forces, à en briser les tympans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Muly

avatar

Messages : 2
Date d'inscription : 13/04/2009
Localisation : Vers le point de rendez vous.
Race : Inquiete

MessageSujet: Re: La Première Epreuve   Lun 13 Avr - 18:57

Muly, femelle sauur, ouvrit les yeux. Elle venait de se réveiller après de longues heures d'inconscience. Elle était vêtue de deux légers bouts de tissus, l'un lui servait de pagne et l'autre couvrait sa poitrine généreuse.
D'abord Muly observa avec étonnement la grande plaine qui l'entourait, paysage qui lui était inconnu. Effrayée, elle se plaqua contre l'arbre solitaire sous lequel elle se trouvait et jeta des regards affolés dans toutes les directions ...

Après quelques minutes d'observation, la femelle Sauur se rendit compte qu'elle était seule et se calma.

" Il faut opérer méthodiquement, et répondre à certaines questions ...
Premièrement : Que fais-je ici ? Ensuite : Pourquoi je suis ici ? Et pour finir : Que dois-je faire ?
"


Pour commencer Muly chercha dans sa mémoire des souvenirs pouvant l'aider a répondre a toutes ces interrogations. Progressivement, elle se remémora les divers évènements qui avaient surgis : Le meneur Sauur, la Voix, la bataille puis ... rien. Alors la Sauur chercha plus profondément et se rappela une profonde secousse qui provoquer la panique dans toute la capitale et ses souvenir s'arrêtaient là.

" Peut être la secousse était elle responsable de ma situation ? "

La femelle poussa un sifflement strident d'inquiétude et de peur. Elle ressentait une certaine impression de danger. En tant qu'Iksaar, Muly maitrisait la magie et fit appelle à sa déesse : Silsijj, Esprit de l’eau. Tout autour d’elle, la femelle Sauur ressentit l’eau sous toutes ses formes et capta la présence d’une très forte quantité d’eau à l’ouest de sa position. En tant que Sauur, sa peau se déshydrate très rapidement et elle devait se baigner régulièrement. Par chance, elle avait demeuré à l’ombre de l’arbre durant son sommeil, sinon elle aurait été séchée par les rayons ardents du grand astre.

Muly se dressa alors sur sa queue, et commença a ramper vers le fleuve avec comme seul bagage son bâton qu’elle avait eu la chance de retrouver a ses cotés lors de son réveil. Elle n'eut pas le temps de faire 10mètres qu'elle remarqua un petit lézard qui se faufilait vers elle.

"Se doit être de la part de Klajj !"

Elle recueillit le lézard et écouta attentivement le message qu'il lui délivra et sourit. Puis elle posa la petite créature sur son épaule et recommença à ramper vers le fleuve. Une fois arrivée là bas elle pourrait s'hydrater, puis elle suivrait l'eau vers le sud pour arriver au point de rendez-vous. Là-bas, elle retrouverait ceux de sa race.


Dernière édition par Muly le Mer 15 Avr - 16:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Veltz



Messages : 6
Date d'inscription : 14/06/2008
Age : 24
Race : Saaur

MessageSujet: Re: La Première Epreuve   Mar 14 Avr - 12:24

Un oeil s'ouvrit, puis se referma. Personne en vue. L'autre oeil s'ouvrit à son tour mais le bilan n'était déjà plus le même. Une tête de serpent semblait vouloir perturber le réveil progressif en prudence de Veltz.

-Que veux tu? L'interrogea Veltz tant par le questionnement que par le regard.

Ce fut d'ailleurs le regard qui obtint la solution en repérant la présence d'un parchemin accroché au serpent.

-Les écrits sont porteurs d'espoirs.

Déclara t-il, car en effet avant une série d'événements bizares qu'il avait à peine réussi à suivre ayant eu pour cause le regroupement des meneurs puis une vague destructrice il lisait beaucoup. C'était la méthode du Saaur pour obtenir une place dans sa société qu'il souhaitait faire évoluer et pour ce disait-il "le savoir c'est le pouvoir et ce n'est qu'avec un juste savoir que nous aurons un pouvoir juste".

L'iksar, puisque c'était cette voie qu'il avait choisit, était encore jeune et élancé essayant au maximum de conserver une bonne forme physique. Et ses nombreuses garnitures dorées ne faisait qu'entourer ses vêtements de cuir recouverts par endroits de fines couches dorées. Se saisissant du mot il vida son esprit pour mieux se concentrer sur le contenu du parchemin.

Ainsi, les Saaurs se regroupaient, c'était là une bonne initiative qu'avait prit le prêtre Klajj. Son savoir lui avit permis de prendre une bonne décisions. Il serait bien sûr au rendez-vous au pont qui le mènerait à sa ville et à ses écrits. De plus, Veltz se mit tout de suite en route. L'action l'avait trop abandonné ces dernièrs temps.

La chance l'accompagnerait sans aucun doute, à peine eut-il parcourut quelques metres que déjà 3 saaurs pénétrairent dans son champ de vision. Tout cela était de bonne augure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moppo Loh Ta

avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 11/04/2009

MessageSujet: Re: La Première Epreuve   Mer 15 Avr - 16:22

Plus l’intensité des hurlements augmentaient, plus son exaspération grandissait. Moppo Loh Ta aurait voulu écarter ses frustrations, la honte qu’il ressentait, ces précipités de haine qui coulaient dans ses veines, comme il écartait de sa lance la végétation qui se dressait devant lui. A chacun de ses pas, il avait l’impression d’avoir atteint son objectif, mais à chacun de ses pas, le cri redoublait de vigueur.

Il a au moins le mérite d’avoir de bons poumons.

Le Saaur continua ainsi son chemin et fini par sortir du bosquet dans lequel il s’était éveillé.
De suite, sa main vint se déposer devant sa vue, essayant d’empêcher la lumière d’agresser ses pupilles, non habituées aux rayonnements du grand astre. La vision masquée, ses pattes tâtèrent d’abord ce sol recouvert d’herbe, plus au moins jaune selon le relief, et finirent par se placer l’un devant l’autre pour traîner ce corps dans les plaines de Ganador. Grandiose, lunatique et lourd de parfums, les bouts de parchemins qu’il avait parcourus plus jeune décrivaient plutôt fidèlement le paysage autour de lui. Il se promît d’aller congratuler l’écrivain de ces ouvrages une fois revenu sur ses terres. Mais sous cette chaleur pesante, les démangeaisons fourmillaient sur le Saaur qui sentait les pores de sa peau se rétracter, la forçant à se recroquevillait sur elle-même pour essayer d’en exposer le moins possible à la lueur du jour.
D’un coup, Moppo Loh Ta s’arrêta, maudit le ciel, et tomba, face la première sur ce sol moelleux.


Trop chaud… cette sécheresse et ces hurlements vont me rendre fou…

Il s’assit et fouilla dans les replies de ses bandages, recherchant de quoi s’hydrater. Ses longs doigts tombèrent alors sur un fruit qui lui semblait gorger d’eau. Il en profita pour réfléchir quelques instants, tête baissée. Le message que lui avait apporté le serpent de Klajj plus tôt voulait que tous les Saaurs se rassemblent pour la reprise de Loks l’Saaur. Pour qui se prenait il pour prendre de telles initiatives ? A son habitude Moppo Loh Ta lâcha un soupir. De toute façon, cela allait dans le sens de ses intérêts. Rentrer chez lui, retrouver ses marais, et pouvoir perfectionner ses arts…

Cependant, l’apport de liquide ne semblait pas avoir l’effet escompté. Bien qu’il s’était arrêté de marcher, les hurlements continuaient de se rapprocher. Pire, ils tournaient maintenant autour de lui. Devenait il fou ? Moppo Loh Ta leva alors un œil, avant de le refermer, et laissa tomber sa tête mort de honte. Il était là, à creuser un sentier autour de lui à force de tourner en rond, ses bras en compétition pour savoir qui battait l’air le plus vite. Et ces cris… Qu’avait il fait aux esprits originels pour mériter un frère pareil ?... Moppo Loh Ta s’allongea de nouveau, face contre terre, en espérant ne pas avoir vu les pattes d’autres Saaurs qui se rapprochaient de la pathétique scène.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Björn

avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 23/04/2009
Race : Saaur

MessageSujet: Re: La Première Epreuve   Mar 28 Avr - 3:37

........A l'aube du premier jour, de son premier jour, un Être ouvrit ses sens. Ainsi lui furent perceptibles les sifflements du vent, les caresses qu'il lui donnait, la douceur et la souplesse de l'herbe, qui lui servait de couchette, et les chatouilles malignes de ces brindilles sur sa peau sensible. Sensible comme au premier jour.
........Ainsi les douceurs du plein air constituèrent les premières expériences de cet être qui s'ouvrait au monde obscur fait que de noir, et tactile. Les murmures du vent s'étaient désormais transformés en râles insistants, occultant toute autre sensation, toute autre perception. Alors, comme par réflexe soudain, cet esprit naissant ouvrit les yeux, parachevant son réveil.
........Le monde des sens tout de noir étant devint alors d'abord un monde des sens tout de vert vêtu puis, lorsqu'il leva la tête, il découvrit le ciel, la plaine, et son esprit embrumé se perdit à redessiner les arbres, les ruisseaux, les forêts, vestiges de souvenirs passés.

........Une fois remis de ses émotions et sorti de ses rêveries, l'Eveillé se leva. Dès lors il perçu le vent glisser sur son corps entier, avant jalousement gardé par le sol qu'il avait, par la force des heures, chauffé. La fraicheur nouvelle en fut que plus surprenante. Cependant, toutes les sensations du nouvel explorateur en herbe n'étaient pas uniformes. Aussi, lorsqu'il regardait, d'un œil timide et peinant, le soleil qui trônait au dessus de lui, découvrant que c'est à ce même soleil qu'il devait cet échauffement agréable de sa peau, force était de constater que tout son corps n'était pas égalitairement sensible aux effets de la boule de feu.
........Satisfait de ces découvertes rapides et forcée, l'Etre baissa les yeux, mettant fin à sa lutte pour les garder ouverts devant l'éblouissant soleil. Néanmoins, la luminosité ambiante n'était pas encore la chose la plus agréable. C'est seulement petit à petit que sa vue, elle aussi, s'habituait à toute cette nouveauté. Cette difficulté le poussa à baisser la tête. Il découvrit au sol la marque de son corps, ancrée dans l'herbe pliée et, indéniablement, il découvrit aussi son corps, ou tout du moins le bas de ce dernier, pour commencer. Stupeur! Mirage! Rêverie! L'Esprit fut d'abords frappé d'image de peau lisse et soyeuse, de beauté et de finesse, de connaissance et de savoirs, d'apaisement et de sérénité, tout entremêlé, tout confus, mais sous une conscience et une appartenance commune, la sienne. Puis il fut frappé d'horreur et de désolation, de guerres et de destruction, puis de rien, de néant, de noir, comme lors de son renouveau encore tout frais. Puis l'Esprit revint à lui, et l'être revit la même chose : il était écailleux. Ecailleux, certes, mais à terre à nouveau, et la luminosité s'était maintenant faite plus timide, le Soleil était moins radieux, comme fatigué, symbole du temps passé. Le vent soufflait toujours et, contrairement au soleil, il était plus vigoureux, soufflant aux oreilles de l'écailleux, l'appelant, d'un à-coup puissant avant de siffler puis de décliner jusqu'à s'éteindre, laissant place à l'appel suivant. "PFFfiiiiiiiiiiiiouuu"... BBBbccchhhhiiiiioooooo"... "BBBIIIiiiiiiooooooornnnnnn"... Björn.

........Björn, c'était cela, c'était lui, apostrophé par le vent qui déjà l'avait réveillé. Il semblait communier avec le vent et partager ses douceurs, mais son esprit, renforcé de son dernier sommeil et des informations qu'il y avait trouvé, bien que confuses, s'était trop obscurcit et trop complexifié pour se vouer au vent. Aussi confuses soit-elles, les images remontées n'en était pas moins compréhensibles.
........Björn se leva de nouveau et examina encore une fois son corps. La surface supérieure de ses membres était recouverte d'écailles fines, puissantes, formant des piques régulières et menaçantes. Ses épaules ainsi, d'après son touché, que son dos étaient recouverts d'écailles identiques mais plus robustes. La surface inférieure de ses membres étaient, elles, recouvertes d'une peau claire et sensible, souple comme une peau humaine, mais plus lisse et dépourvue de toute pilosité. Cette clarté, allant d'un blanc très pâle à des tons verdâtre, contrastait avec les écailles très sombres, aux reflets pourpres mystiques, presque noires. Sa colonne vertébrale, marquée de haut en bas par une légère vague orné e de puissantes épines se prolongeait en une queue tout aussi puissante. Son inspection terminée ne laissait aucun doute possible: Sauur. Björn était un Sauur.
........Troublé de cette dernière découverte, Björn leva les yeux vers le soleil qui avait encore décliné un peu plus. Il semblait le remercier, comme si ce dernier était en parti responsable de la découverte de sa nouvelle identité. Aussi troublé qu'il fût, Björn n'en était pas pour autant mécontent. La vie avait visiblement changée, et la sienne aussi.

........Puisqu'il était Sauur, il devait sans doute avoir une ville dédiée à sa condition. Sûr de ça, il scruta l'horizon, ne voyant que la plaine à perte de vue. Le vent qui l'avait, pour la première fois, sorti du sommeil venait du Sud-Ouest, c'est donc au Sud-ouest qu'il irait. En partant, il marcha sur quelque chose qui n'était pas de l'herbe. Il se baissa et ramassa un bout de tissu qui, peut être, autrefois lui servi de vêtement ou de couverture. L'étoffe n'était pas de première jeunesse, mais il s'en vêtit, se défaisant ainsi de sa nudité originelle. Il rabattit un morceau du tissu sur sa tête, s'en faisant une capuche large plongeant son visage dans l'obscurité et cachant dès lors complètement son type écailleux. L’Etre ainsi emmitouflé s'enfonça dans la nuit tombante, l'esprit vacant à quelques suppositions. Il avait pour l'heure peu de certitudes, mais il était au moins sûr de quelque chose...

........La route pour la ville serait longue, et les découvertes avant d'y parvenir seraient grandes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ishsnahk

avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 11/04/2009
Localisation : Loks l'Saaur

MessageSujet: Re: La Première Epreuve   Sam 23 Mai - 19:02

Depuis quelques jours, le combat avait commencé dans les rues de Loks l'Saaur. Le petit effectif de Saaur arrivé en premier lieu à la capitale fut rejoint rapidement par 4 à 5 autres de leurs frères de sang. C'est donc une petite dizaine de Saaur qui combattait les créatures, ces reptiles aquatiques au doux nom de Slithering, qui avaient pris possession de la ville. C'était confiant que les Saaurs étaient rentrés mais ils déchantèrent vite. L'agilité et la rapidité de ceux-ci dépassaient l'entendement. Ces créatures autrefois si facilement tuable étaient devenues de réelles danger pour les hommes-serpents.

Cette force en surprit plus d'un et le mutisme rejoint les troupes. Mutisme du à la peur, à l'étonnement, aux coups reçus. Le courage à l'idée de reprendre la ville avait laissé place à la concentration, tout le monde était coït.

Fort heureusement, malgré leur rapidité et leur agilité, les créatures possédaient une faiblesse. Elles semblaient beaucoup plus craintives à la magie des Occlumensas et des Iksars des rangs Saauriens. Peu à peu, les créatures tombaient, inanimés dans les rues de la capitale. Les Saaurs regagnaient confiance peu à peu et sentaient la victoire toute proche. La fatigue se faisait ressentir à l’approche de la fin de la bataille. Cela faisait déjà plus d’une semaine, sans aucun repos. Les prêtres Gilain et Klajj avait fait leur possible pour guérir les plaies des Saaurs, et chacun au final participa à la bataille, et permit d’avancer dans la reconquête de la ville.

Tous, sauf un, Ishsnakh. Ce dernier était trop effrayé par les combats. Il courrait dans tous les sens, agitant ses bras de toute part, les yeux fermés. Plusieurs fois il se prit des murs de la ville, ou encore plusieurs de ses frères de sang. Les rares coups que le couard portait, était si faible que les Slithering ne bronchaient pas. Et le pire de tout cela était vraiment ses cris. Les « Aaaaaaaah » retentissaient dans les rues vides de la ville, au plus grand damne des autres Saaurs.

En tout cas, le combat finissait et les tensions diminuaient chez les différents Saaurs. La ville serait bientôt de nouveau Saaurienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moppo Loh Ta

avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 11/04/2009

MessageSujet: Re: La Première Epreuve   Dim 24 Mai - 16:26

Petit à petit, les plaies qui arboraient la surface de son corps se refermaient. Moppo Loh Ta s’accrocha à sa lance, remercia Gilain pour ses soins d’un simple signe de tête, et s’élança à la recherche des derniers Slitherings qui infestaient encore les rues de la cité de Loks l’Saaur. Le nettoyage était presque complet, la ville pratiquement libérée. Ses compagnons étaient plutôt efficaces, mais pas très causasses. Le Saaur les entendit accourir vers la place centrale, il s’y précipita. Tout s’était passé si vite, les actions primaient toujours sur la parole. Ses compagnons d’arme avaient décidé tous de suivre cette logique. Cela lui convenait mais lui semblait tout de même étrange. A par cas exceptionnel qui accourrait dans tous les sens possibles, les autres Saaurs s’exprimaient que très rarement. Ils avaient tous adopté cette attitude depuis leur départ des plaines de Ganador. Sous l’écran d’acier qui protégeait son visage, Moppo Loh Ta ne pouvait s’empêcher de s’interroger sur ses frères Saaurs, et de se remémorer tout ce qui s’était passé depuis. Les souvenirs de ces derniers jours refirent alors surface devant ses yeux…

Ils leur ont fallu plusieurs jours de marche sous une épuisante chaleur usant leur surface écailleuse pour atteindre le premier point de rendez-vous, puis par la suite, les Marais de Celleffics et leur cité. Moppo Loh Ta avançait toujours d’un pas déterminé. Le regard braqué en direction de son marais natal durant tout le trajet, il observait malgré tout du coin de l’œil ses frères. Ils lui paraissaient tellement familiers, il était persuadé de les connaître, mais toutes ses tentatives de se remémorer qui ils étaient, furent vain. Il n’arrivait pas à associer un nom ou un souvenir sur ces créatures écailleuses qui marchaient à ces côtés. Cette impression de devoir se sentir proche d’eux sans aucune raison le tourmentait au plus haut point, mais son masque d’acier ne refléter aucune de ses inquiétudes. Il ne parlait que très peu, répondait seulement aux directives qu’on lui soumettait. Les autres Saaurs semblaient avoir adopté la même attitude. Le strict minimum de mots s’échangeait. Partageaient-ils la même angoisse que lui ? Le doute et la crainte se saisissaient inlassablement de son esprit, mais il pouvait comme même sentir qu’ils étaient tous animé par la même volonté et cette détermination à regagner leur cité. C’est donc avec une confiance précaire, et accompagné de ce qui semblait être d’anciennes connaissances, qu’une petite troupe de Saaurs rentra en ville. La splendide cité de Loks l'Saaur qui s’offrait à lui n’avait gardé que très peu de ses traits d’antan. Les battisses que ses ancêtres avaient façonnées de leurs mains se dressaient toujours fières devant ses yeux, inchangés depuis des décennies. Mais les odeurs rances, les sons sifflant de ses souvenirs n’avaient plus leur place ici, ils devaient tout refaire…

Moppo Loh Ta soupira. Il devait se reconcentrer sur la bataille. Il rejoignait plusieurs Saaurs qui s’étaient rassemblés autour des derniers Slitherings encore debout. La fin était proche, cette dernière poche de créature n’allait pas tenir très longtemps devant leur force. Moppo Loh Ta avança à leur rencontre mais sentit sa patte retenue. Il baissa le regard et enfonça sa lance dans les restes d’un Slithering à terre. Le métal s’enfonça sans résistance dans le crâne de celui ci, passant par son conduit auditif, et éclata ses yeux écarquillés de douleur. Le fluide oculaire s’éjecta alors de cette carcasse maintenant sans vie, et plusieurs postillons verdâtres éclaboussèrent la tenue des autres Saaurs qui se trouvaient à côté. Moppo Loh Ta s’inclina légèrement pour présenter ses excuses à ses frères.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ishsnahk

avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 11/04/2009
Localisation : Loks l'Saaur

MessageSujet: Re: La Première Epreuve   Sam 30 Mai - 15:44

Ishsnakh, comme a son habitude, courrait, les bras brassant l'air de toutes leurs forces. Cela faisait déjà plusieurs jours qu'il courrait dans la ville à en perdre haleine. Mais la vision des créatures horrifiques était bien plus forte que sa fatigue et il continuait, encore et encore. Il avait déja du passer deux ou trois fois devant chaque échoppe vide qui composait Loks l'Saaur, et il ne s'arrêtait pas.

Ishsnakh, comme prit d'une lueur de lucidité, se risqua à ouvrir les yeux et à regarder derrière son dos. Le regard fut bref, furtif. Il referma les yeux et poussa encore un de ses cris stridents dont lui seul avait la secret. Puis ce cri s'apaisa peu à peu et le Saaur s'arrêta brusquement. Il glissa sur un pavé mouillé et se retrouva cul-à-terre. Il se plaint quelques secondes puis reposa son regard derrière lui. Il y avait bien un Slithering, mais celui-ci était inanimé, inerte. Ishsnakh s'en approcha, s'assura, non sans crainte, qu'il était bien mort, puis regarda autour de lui.

Il y avait dans la ville quelques une de ses frères de coeur, beaucoup qu'il n'avait pas encore remarqué jusque-là, beaucoup de magiciens à leur allure. Ses yeux s'arrèterent sur son frère de sang, son être cher, Moppo Loh Ta. Il était exténué, comme tout Saaur qui avait combattu les Slithering. Ishsnakh était fier de son frère, il avait déja tellement fait pour la ville. Son amour fraternel n'en fit que grandir à la pensée de cette fierté.

En tous cas, il semblait que quelque chose clochait dans le décor de la ville. Il y était depuis déjà de nombreuses journées, voir semaines, et quelque chose avait changé depuis. Il huma l'air, refit un tour de la ville du regard et comprit. Il n'y avait plus aucune créature vivante. La ville avait finalement été secourue, libre de toute menace.


"Ouuuuuuuuuuuuuuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii". Le cri perça dans toute la ville et le Saaur se mit à courir de toute part. Il cherchait chacun des Saaurs, les remerciait, les serrait dans ses bras, les embrassait. Il arriva enfin à son frère, le prit par le cou, le câlina, et tomba alors dans ses bras, épuisé.


Dernière édition par Ishsnahk le Dim 31 Mai - 14:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pragador

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 05/05/2009
Race : Saaur

MessageSujet: Re: La Première Epreuve   Sam 30 Mai - 21:20

Lokmilar n'était en ville que depuis peu de temps lorsqu'il rencontra pour la première fois l'une de ces horribles créatures.
Ses frères les combattaient déjà de leur mieux depuis longtemps. De nombreuses carcasses pouvaient déjà en attester...

Il n'eut pas à réfléchir longtemps avant d'utiliser sa magie pour attaquer ces squatters.
Les attaques pleuvaient de toutes parts, tant et si bien que les créatures succombaient autour du saaur.

Lokmilar parvint à donner le coup de grâce à l'un d'entre eux. Lorsqu'il se retourna pour attaquer le suivant, il s'aperçut qu'il n'en apercevait plus.


Haha! Ces immondes créatures seraient-elles parties de notre ville? Il est grand temps de s'occuper de la reconstruction, elles ne nous ont que trop retardé!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Première Epreuve   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Première Epreuve
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [CE2] - Première Epreuve
» Première Pub de la campagne d'obama ou Le rêve américain
» Première épreuve : Le courage !
» EPREUVE ORALE DE METAMORPHOSE (COEFF 2)
» Première mission

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
World of Conquest - Les Terres de Whauk :: Archives :: Archives RP-
Sauter vers: